Gagnon, Marianne Étudiante


Étudiante à la maîtrise

Axe Endocrinologie et néphrologie du CHU de Québec-Université Laval

 

Expertise

qualité alimentaire Nutrition Obésité maternelle Infertility
: Master
:

Caractérisation de l’alimentation des femmes présentant une obésité dans un contexte d’infertilité




Centre de recherche du CHUL

Centre Hospitalier Universitaire de Québec — Université Laval, 2705 boul. Laurier, Québec (QC) G1V 4G2
marianne.gagnon.12@ulaval.ca

Laboratory

Anne-Sophie Morisset

Study level

Master

BACCALAURÉAT : 

Nutrition, Université Laval (Québec, QC, Canada)


Caractérisation de l’alimentation des femmes présentant une obésité dans un contexte d’infertilité

L’infertilité est un problème croissant qui affecte près de 15% des couples au Canada. Parmi les causes d'infertilité, on retrouve l’obésité chez la femme. Cette situation nuit aux chances de concevoir naturellement et engendre une diminution de l’efficacité des traitements coûteux de fertilité. La présence d’obésité pourrait toutefois être modifiée par un changement au niveau des habitudes alimentaires. L’objectif du projet est donc d’évaluer la qualité alimentaire de 616 femmes en période préconceptionnelle présentant une obésité, recrutées dans sept cliniques de fertilité au Canada pour l’étude Ferti-Santé. Celle-ci vise à comparer les effets d’une intervention axée sur les saines habitudes de vie à ceux de la procréation assistée sur la fertilité de la femme. Les données sur l’alimentation seront récoltées au moyen d’un questionnaire de fréquence alimentaire complété par les participantes au début du projet. Il permettra de calculer les apports quotidiens en plus d’une centaine d’aliments, les apports totaux en chaque nutriment et un score de qualité alimentaire. Les apports nutritionnels des participantes seront ensuite comparés aux recommandations canadiennes actuelles. Il sera ainsi possible d’évaluer l’incidence de pratiques alimentaires nécessitant des améliorations chez ce groupe. Qui plus est, cibler les problématiques nutritionnelles de cette population pourrait faire valoir la nécessité d’une intervention conjointe en nutrition dans les cliniques de fertilité. Cette intervention pourrait à la fois augmenter les chances de conception et diminuer les coûts globaux associés à la procréation assistée, rendant ainsi accessible à beaucoup plus de femmes vivant un trouble de fertilité l’opportunité d’avoir une grossesse.


Bourse d'implication de l'école de Nutrition,

Bourse de stage d'été Diabète Québec,

Bourse de recherche premier cycle, BRPC du CRSNG,

Bourse de maîtrise pour détenteurs de diplôme professionnel (FRQS),

Bourse d'études supérieures du Canada à la maîtrise (IRSC)