Tremblay, Patricia Étudiante


Étudiante au doctorat- Université Laval

Département des sciences animales,

Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels,

Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation

Expertises

Cellules de la granulosa Compétence ovocytaire Signalisation intracellulaire Cellules KGN Protéine kinase
: Doctorat
:

Caractérisation des voies de signalisation PKA et PKC dans les cellules de la granulosa humain en culture



INAF/ Pavillon des services

2440 boul Hochelaga
Université Laval
Québec (QC) Canada
G1V 0A6
(418) 656-2131 poste : 11908
patricia.tremblay.6@ulaval.ca

Laboratoire

Marc-André Sirard

Niveau d'étude

Doctorat

MAÎTRISE: Sciences Animales, Université Laval (Québec, QC, Canada)

BACCALAURÉAT: Biologie - Concentration Biologie cellulaire et moléculaire, Université Laval (Québec, QC, Canada)


L’acquisition de la compétence ovocytaire se fait en étroite collaboration avec les cellules somatiques du follicule. Les cellules du cumulus et de la granulosa supportent la construction de l’ovocyte alors que l’ovocyte en retour influence le patron d’expression de gènes biomarqueurs dans les cellules de la granulosa. Des études antérieures laissent croire que l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et l’hormone lutéinisante (LH) joueraient un rôle primordial dans l’acquisition de la compétence ovocytaire via les voies de signalisation PKA et PKC dans la granulosa. Le projet consiste en une analyse transcriptomique des gènes différentiellement exprimés entre deux traitements dans les cellules KGN, une lignée cellulaire secondaire de la granulosa humaine, avec comme objectif de faire la caractérisation des voies de signalisation PKA et PKC. Les cellules mises en culture ont été traitées avec 10 μM de forskoline ou 0,1 μM de Phorbol 12-myristate 13-acetate (PMA), des activateurs connus des voies PKA et PKC respectivement. Les résultats de l’analyse du transcriptome par biopuces ont permis l’identification de 5 voies de signalisation impliquant les protéines kinases soit EGF, TGFB1, VEGF, FGF2 et HGF. Une analyse fonctionnelle des gênes en amont de ces facteurs a permis de caractériser l’action de PKA et PKC pour 7 fonctions essentielles au développement folliculaire ; l’inflammation, la stéroïdogenèse, l’angiogenèse, la différentiation, l’apoptose, la division et l’ovulation. Ces résultats permettent une meilleure compréhension des voies de signalisation régulant les changements les plus importants survenant au cours du développement folliculaire et précédant l’ovulation.